Presse
  • Register

Mondial Pupilles : un beau livre "fidèle à l'esprit du tournoi"

Le Telegramme 04/05/2018 

Renée Le Gall, jeudi, sur le terrain de Pluguffan : « Le livre a été édité à 2.500 exemplaires, dont 500 retenus par le conseil départemental. Il sera notamment vendu dans les centres pendant le tournoi 2018 ».

Renée Le Gall, jeudi, sur le terrain de Pluguffan : « Le livre a été édité à 2.500 exemplaires, dont 500 retenus par le conseil départemental. Il sera notamment vendu dans les centres pendant le tournoi 2018 ».

À quelques jours de la 33e édition du tournoi de foot international de Plomelin (du 10 au 13 mai), Renée Le Gall signe un beau livre. Il s'intitule « Mondial Pupilles. Le foot, la fête et l'enfant ». Les coulisses d'une aventure humaine... 

 

Qu'aviez-vous en tête au début de ce projet de livre ?
Je suis une ancienne secrétaire de l'US Pluguffan, au début des années 1980. À ma retraite professionnelle en 2015, je me suis mise à travailler sur l'histoire du centre de Pluguffan. Je faisais des recherches quand Alain Bosser, le président du Mondial Pupilles, m'a proposé, au printemps 2016, d'élargir le prisme et de travailler sur un livre. J'ai rencontré une centaine de témoins, dont les fondateurs René Tanniou et Hervé Plouzennec (etc.), avec l'idée de raconter les origines, les coulisses de ces trente ans d'histoire du Mondial. C'est vu du point de vue de ceux qui s'investissent pour que ce soit la fête pour les gamins. Parce que c'est ça qui compte au bout du bout ! 

Qu'en dit-on en coulisses ? 
Il y a le sentiment d'avoir fait quelque chose ensemble. Ce n'était pas évident de faire travailler, dans la durée, huit centres et, plus récemment, deux nouveaux pour les filles. 

Pourquoi la sauce a-t-elle pris ?
Peut-être parce que ça a débordé le cadre du foot, qui n'est qu'un prétexte au fond. C'est un sport universel, assez basique, qui permet à des petits Bretons, Français et étrangers de s'entendre sans parler la même langue. On est sur tous les continents. Ce qui prime, c'est la rencontre, le brassage. Certains viennent avec l'ambition de gagner, d'autres de participer. Il y a du haut niveau et l'occasion pour les plus modestes de se confronter à des futures vedettes, comme Thierry Henry, Dimitri Payet ou Petr Cech... Et côté bénévolat, ça déborde le cadre des clubs parties prenantes : des quartiers, des associations se mobilisent, des gens d'ici se sont rencontrés grâce au Mondial. C'est une histoire de solidarité autour de l'accueil. 

Que retenez-vous de cette collecte de souvenirs ?

 
La sincérité des témoignages. C'est une sacrée aventure humaine ! Très peu imaginaient que ça durerait trente ans. Ça m'a permis de vérifier qu'il fallait être un peu fou pour lancer ça et costaud pour faire tenir en fédérant des gens, car c'était fragile au départ. La deuxième édition n'était pas gagnée. 

Un peu fou ? 
René Tanniou faisait partie d'un groupe de parents de Plomelin dont les enfants jouaient des tournois. Ils sont allés à Clisson en 1985, l'équivalent du tournoi international minimes de Montaigu pour les pupilles, autrement dit l'âge de l'école de foot, un phénomène alors récent dans les clubs. Plomelin s'est retrouvé dans un groupe avec l'Ajax Amsterdam, avec un petit Cruyff dans l'équipe. Son père Johan était là aussi. Une photo en atteste dans le livre. L'idée est venue de là. Au départ, le district de football était réservé face à l'ampleur de la tâche, mais il a laissé faire, sans s'impliquer. 

Contente de ce livre ? 
Oui. Je crois qu'il ressemble au Mondial. Il est fidèle à cette volonté de semer l'amitié, la fraternité, la tolérance, le respect... des mots clés dans l'esprit des présidents successifs. Ce tournoi ne résout pas les problèmes du monde. Mais, de cette parenthèse de quatre jours de tournoi, il reste des choses, sûrement ! Tenez, à Primelin, en 2001, un match entre une équipe israélienne et une autre algérienne est sorti du tirage au sort. Il n'y avait pas de relations diplomatiques entre les deux pays. Jusqu'au dernier moment, on ne savait pas si le match allait pouvoir se jouer. Les gamins sont rentrés main dans la main sur le terrain. Il n'y a pas de photo de ce moment extraordinaire, mais personne ne l'a oublié. Ça m'émeut de voir comment ça a marqué les gens qui l'ont vécu. 


  1. « Mondial Pupilles. Le foot, la fête et l'enfant », Renée Le Gall, 95 pages.


© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/mondial-pupilles-un-beau-livre-fidele-a-l-esprit-du-tournoi-04-05-2018-11948330.php#1ftwgCJVCBFmyH26.99

Mondial Pupilles : un plateau relevé

 

Vendredi soir s'est déroulé le tirage au sort des groupes de la 33e édition du Mondial Pupilles (lire aussi en pages sports). Quatre-vingt-dix équipes, soit 1.400 joueurs, se disputeront le trophée, du 10 au 13 mai. Près de 30 clubs étrangers chausseront les crampons. 



Des chiffres hors normes 
Le Mondial Pupilles de football, c'est le grand événement de ce type en Bretagne. Les chiffres donnent le vertige. Cette 33e édition va rassembler 90 équipes U13, soit 1.400 enfants accompagnés par 400 adultes. 850 familles d'accueil seront mobilisées pendant quatre jours. Mille bénévoles seront sur le pont. Le comité organisateur va assurer la restauration du déjeuner, soit la bagatelle de 7.000 repas sur la durée du tournoi. Le Mondial Pupilles attire chaque année plus de 20.000 spectateurs. 

Les dix centres retenus 
Le Mondial Pupilles fonctionne comme une coupe du Monde, avec des terrains satellites. Les dix centres où se dérouleront les trois premiers jours de la compétition sont les suivants : Combrit, Douarnenez, GPGP (Gourlizon/Plonéis/Guengat/Plogonnec), Penmarc'h, Plogastel-Saint-Germain, Plomelin, Pluguffan et Primelin pour le tournoi masculin ; Quimper et Fouesnant pour le tournoi féminin. Les deux premiers de chaque poule seront qualifiés pour les phases finales, programmées le dimanche 13 mai à Plomelin. À noter : le parrain de cette édition sera Jean-Marc Furlan, l'entraîneur du Stade Brestois. 

Des clubs prestigieux 

 

Le Mondial Pupilles a vu défiler de nombreuses futures stars. Parmi elles, Thierry Henry, Dimitri Payet, Petr Cech ou encore Yohan Gourcuff. Chaque année, des équipes de classe mondiale foulent les pelouses cornouaillaises. De nombreux superviseurs sont à l'affût. Pour cette édition, il faudra compter avec quinze équipes professionnelles françaises, c'est-à-dire le gratin de la Ligue 1, dont le tenant du titre, l'Olympique Lyonnais, mais aussi Marseille, Saint-Étienne, le Stade Rennais ou encore Guingamp. À cela s'ajoutent des équipes de niveau régional comme l'AS Vitré, l'US Concarneau ou une délégation parisienne de Comité départemental olympique et sportif (CDOS). Enfin, il ne faut pas oublier la participation des équipes des centres. 

29 équipes étrangères 
Le président Alain Bosser n'est pas peu fier d'annoncer des équipes en provenance des cinq continents. Citons le Vietnam, le Brésil, la Russie, l'Iran, Israël, Djibouti, le Liban ou encore Haïti. « Nous sommes connus et reconnus dans le monde entier. Notre réputation nous permet d'attirer les plus grands clubs comme le RB Leipzig, actuellement deuxième de Bundesliga ». 

Dix-huit équipes féminines 
C'est la sixième édition du tournoi féminin. Le plateau va rassembler 18 équipes, dont trois clubs de pays étrangers : Maroc, Russie et Biélorussie. Les tenantes du titre, à savoir l'Olympique Lyonnais, seront bien présentes, avec six autres équipes professionnelles. Une équipe représentera les couleurs locales : Quimper Kerfeunteun FC. 

PSG : le point noir 
Une nouvelle fois, le Paris-Saint-Germain ne viendra pas à Plomelin. « Le club exige des conditions d'hébergement qui vont au-delà de notre cahier des charges pour un club français », explique Alain Bosser. Personne n'a cédé. Le président explique avoir eu une belle prise de bec avec les dirigeants du club de la capitale. « Ils nous snobent. Tant pis, on fera sans ».


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/mondial-pupilles-un-plateau-releve-17-02-2018-11855961.php#ydRKhxGKflezOKeq.99

Une 33e édition du Mondial Pupilles très attendue

Les joueurs de l'Olympique lyonnais, filles et garçons, grands gagnants en 2017.

 

Ouest-France : https://www.ouest-france.fr/bretagne/plomelin-29700/une-33e-edition-du-mondial-pupille-tres-attendue-5559679 

Traditionnellement, le Tournoi international a lieu lors du pont de l'Ascension. Cette année, les moins de 13 ans seront à l'honneur du 10 au 13 mai.

Vendredi 16 février, le tirage au sort des équipes aura lieu au complexe sportif de Croas-Vert, à Combrit, dès 18 h 30, et sera animé par Stéphane Rogard, entraîneur de l'AS Plomelin, sous les regards attentifs des joueurs, dirigeants et personnalités et du public présents.

Les différents plateaux

Côté garçons, quatre plateaux s'affronteront sur le terrain. 26 équipes étrangères, dont l'équipe de Djibouti, et la Fédération de Ho Chi Min (Vietnam), présentes pour la première fois, ou encore Israël, Maroc; trois équipes du Brésil, Allemagne, Biélorussie; 15 équipes professionnelles françaises, dont AS Saint-Etienne, Guingamp, Nantes, Caen, Angers; 22 équipes de Région, avec la participation de Quimper, de la Martinique, Rennes et, exceptionnellement, le CDOS sélection olympique Paris 2 024; et enfin huit équipes de centre en soulignant que l'AS Plomelin est la seule équipe à présenter ses propres joueurs dans cette sélection. Joueront en sélection Combrit, Penmarch, Pluguffan, Plogastel.

Chez les filles, on retrouve aussi quatre plateaux, avec trois équipes étrangères Biélorussie, Maroc et Russie, sept équipes traditionnelles françaises, Lorient, Montpellier, Lille, sept équipes de Région, foot féminin academy 77, la ligue normande, Plouzané et une seule équipe des centres, représentée par Quimper Kerfeunteun FC.

Une organisation gigantesque

L'organisation est bien rodée, grâce à un comité directeur de 20 personnes. Environ 1 400 joueurs, encadrés par près de 300 dirigeants, sont attendus sur les différents sites qui accueilleront les matches: Plomelin bien sûr, mais aussi Combrit, Pluguffan, Penmarc'h, Plogastel et bien d'autres. 900 familles d'accueil recevront les jeunes sportifs et leurs coaches. Une équipe de plus de 1 000 bénévoles sera présente pour assurer la logistique, la sécurité, les conditions idéales pour accueillir 20 000 spectateurs qui sont attendus durant ces quatre jours de fête sportive.

À noter que les matchs de finale, 1/4, 1/2 et finale auront lieu à Plomelin le dimanche 13 mai.

Mondial Pupilles. C'est reparti !

Mondial Pupilles. C'est reparti !

 Publié le 09 février 2018 

 

Doublé de l'Olympique lyonnais qui l'a emporté aussi bien chez les filles que chez les garçons en 2017.
Doublé de l'Olympique lyonnais qui l'a emporté aussi bien chez les filles que chez les garçons en 2017.
 
L'édition 2018 du Mondial Pupilles de Plomelin se déroulera du 10 au 13 mai. Il s'agit d'un tournoi international de football U13 qui se déroule sur quatre jours, du jeudi de l'Ascension au dimanche. Le tournoi, qui se veut être avant tout une fête, accueillera 1.400 joueurs et 270 dirigeants venus parfois de très loin. Chez les garçons, les organisateurs annoncent la présence de 26 équipes étrangères (dont certaines très prestigieuses), 15 équipes professionnelles françaises (dont Lyon et Marseille), 22 équipes régionales, ainsi que les équipes des centres. Chez les filles, 3 équipes étrangères, 7 équipes professionnelles, 7 équipes régionales et l'équipe de Quimper Kerfeunteun sont attendues. 

Tirage au sort vendredi 


Outre le centre organisateur de Plomelin, neuf autres centres accueilleront les joueurs et les joueuses : Combrit, Douarnenez, GPGP (Gourlizon, Plonéis, Guengat et Plogonnec), Penmarch, Plogastel-Saint-Germain, Plomelin, Pluguffan et Primelin pour le tournoi masculin ; Quimper et Fouesnant pour le tournoi féminin.
 
 Le comité organisateur présidé par Alain Bosser s'active depuis plusieurs semaines pour faire de cette 33e édition un vrai succès. Prochaine étape désormais : le tirage au sort. Conduit par Stéphane Rogard, il aura lieu le vendredi 16 février, à 18 h 30 à Combrit. Un moment toujours très attendu par les responsables des centres et qui réserve toujours de belles surprises. Il permettra de répartir les équipes dans les dix centres organisateurs. 

Petit retour en arrière 


L'histoire débute en 1985. En déplacement avec son équipe de pupilles au tournoi international de Clisson, Pupilles plus, l'AS Plomelin rencontre l'Ajax Amsterdam pour son premier match ; c'est le début d'une aventure humaine extraordinaire puisque les dirigeants de l'époque décident à leur retour de créer le Mondial Pupilles de Plomelin en se référant à l'organisation du tournoi de Clisson. Un an plus tard, la 1r e édition est organisée. Au total, 32 équipes y participent et Georges Boulogne, sélectionneur de l'Équipe de France, est désigné parrain. Depuis, l'aventure continue et la notoriété du Mondial ne fait que s'accroître.


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/plomelin/mondial-pupilles-c-est-reparti-09-02-2018-11845678.php#Sfi7Wxx8sTeTexzL.99

NewsOuest : Bilan du Mondial 2017 par le Président Alain Bosser

LE BILAN DU MONDIAL PUPILLES 2017 PAR LE PRÉSIDENT ALAIN BOSSER

Ce dimanche soir, au stade de Pennanguer de Plomelin, quand les derniers trophées des vainqueurs furent remis, au podium protocolaire, un soulagement se lisait sur le visage de Alain Bosser, le président du Mondial Pupilles de Plomelin. Le pire a été évité par rapport à la grosse averse reçue en tout début de matinée pour le premier match des quart de finale entre le Stade Rennais et les Iraniens de la Kia Academy (1-0). Pour cette 32ème édition, le Plomelinois, Alain Bosser, revient sur ce mondial, conclu par la double victoire de l'Olympique Lyonnais.

 

 

Quel est votre bilan à chaud de cette édition 2017?

" Nous avons eu dela chance d'avoir ce très beau temps sur les trois premiers jours. La pluie est arrivée le dernier jour, le dimanche. Heureusement qu'elle s'est calmée. Nous avons eu moins de monde que l'an dernier. J'estime le nombre de spectateurs, sur la finale, entre 5.000 et 5.500 personnes, à Plomelin. Nous sommes très content de la qualité du football proposé. Des équipes comme la Kia Academy de Téhéran (Iran), le Red Star, Orvault ont marqué cette édition. Nous avions des poules plus déséquilibrées comme à Douarnenez avec la domination de l'Olympique de Marseille. Décidément, une équipe bretonne n'arrive pas à gagner le Mondial. Le Stade Rennais a chuté pour la quatrième fois en finale. Lyon est un double très beau vainqueur. En finale de la consolente, Olympique Marseille - Lille OSC, ça prouve aussi la qualité de notre plateau"

Quelle est votre déception majeure?

" Elle nous vient de nos têtes d'affiches, la Roma et la Real Sociedad. Nous avons fait beaucoup d'effort pour avoir ces équipes internationales. On n'a pas eu le retour de l'investissement qu'on a réalisé. Ces clubs n'ont pas mesuré le niveau du tournoi. Encore une fois, le Mondial prouve que la qualité des centres de formation français sont très bons. Ca interpelle quand nous voyons les efforts mis pour accueillir ce type d'équipe. Pour la première fois, le Mondial a dérogé à sa règle en hébergant les Italiens et les Basques à l'hôtel. Ils découvraient le mondial. Nous allons avoir une discussion avec le comité du mondial en ce sens. Pour moi, le Mondial doit persister dans cette voie en accueillant deux à trois grosses équipes étrangères. Quand un club avec un centre de formation professionnel vient au mondial, sa première question est de prendre connaissance des têtes d'affiches de l'édition. Le rêve serait d'avoir le Paris Saint-Germain, côté français. Nous sommes aussi sur le FC Barcelone, la Juventus de Turin, le Benfica Lisbonne, Chelsea ou Manchester United. C'est possible, on n'exclut rien"

Que représente le mondial pupilles de Plomelin, en chiffres?

" Le mondial tient à sa valeur unique avec le bénévolat de 1.000 personnes sur les 10 centres de la compétition. Le budget global s'élève entre 350.000 et 400.000 €, 180.000 € pour l'organisation et 20.000 € pour les différents centres. 800 à 850 familles hébergeantes pour les joueurs, joueuses et encadrants, 7.500 repas distribués dans les cantines. Nous devons d'être vigilants. Rien que pour faire venir ces têtes d'affiches dans le tournoi, notre budget tranports a été augmenté de 30% par rapport à l'an dernier. Nous devons d'avoir une réflexion sur ce sujet aussi"

http://www.newsouest.fr/quimper/football/2017-05-30/le-bilan-du-mondial-pupilles-2017-par-le-president-alain-bosser 

Retour aux sources pour Romain Danzé

Mondial Pupilles. Retour aux sources pour Romain Danzé

 Publié le 30 mai 2017

 

Sur le centre GPGP, les matchs du Mondial Pupilles se déroulaient cette année au stade Luc-Flochlay, fief des Rouge et Noir. Hasard du tirage du mois de mars, le Stade rennais était affecté au centre et hébergé par les Gourlizonais. Durant les trois jours de compétition, les Rennais ont fait honneur aux couleurs rouge et noir en s'imposant à la première place. Lors de la 8e de finale contre Orvault, c'est Romain Danzé, actuel capitaine rennais, qui est venu se mêler aux jeunes et donner le coup d'envoi. Romain Danzé n'oublie pas le club local de ses débuts.


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/gourlizon/mondial-pupilles-retour-aux-sources-pour-romain-danze-30-05-2017-11533779.php#hXIf3UiVYeO4GsT7.99

Dossier de candidature - 2019


DOSSIER DE CANDIDATURE EDITION 2019

Vous souhaitez vous inscrire à la 34ème édition du Mondial Pupilles Plomelin ?

Les candidatures sont ouvertes du 10 septembre au 30 novembre 2018. Lire la suite 

 

CONSEIL-GENERAL
        Harmonie Mutuelle           ca-Finistere-v-sign dessous-rvb      logoPlomelin MPP-ARMOR-LUX

MPP-REGION-BRETAGNE

MPP-LE-TELEGRAMME     CAFE-COIC           logo-district-29     MPP-OUEST-FRANCE 

 

  Logo-FBBreizh-Izel
      leclerc          MPP-KEOLIS   logo-salaun-holidays MPP-ELBE-FRUITS

 

quimper-bretagne-occidentale

MPP-CCI-CORNOUAILLE  Groupama Loi-Bretagne LOGO LOXAM  Hoya 
               Reseau-le-saint