Presse
  • Register

Mondial Pupilles : Une sélection pour promouvoir les JO 2024

 Le Telegramme 11/05/2018

 

Les seize joueurs de l'équipe Génération Paris 2024 et leurs encadrants visent l'une des deux premières places du centre de Combrit.

 

Sur le site de Combrit, les neuf équipes engagées dans le Mondial Pupilles et venant d'horizons bien différents ont chaussé les crampons pour une première journée de compétition, jeudi. Et parmi tous ces joueurs, une sélection aux couleurs de l'olympisme. 

 

Il y a un an, les seize joueurs de la sélection « Génération Paris 2024 » ne se connaissaient pas. Pourtant, les jeunes footballeurs et leurs éducateurs ne le cachent pas : malgré leur faible expérience en commun, ils ne sont pas là pour faire de la figuration, cette semaine, lors du Mondial Pupilles ! 

 

Quatre-vingt-dix joueurs sur la ligne de départ 


L'aventure a commencé pour eux lors des vacances de la Toussaint, à l'occasion d'un premier rassemblement qui avait réuni 90 enfants de la région parisienne. Issus de l'Union sportive de l'enseignement du premier degré (Usep), de l'Union nationale du sport scolaire (UNSS), pour les collégiens, et de la Fédération française de football, ils ont ensuite participé à plusieurs stages, tout au long de l'année, lors des périodes scolaires. Les éducateurs ont sélectionné les meilleurs d'entre eux à chaque fois, pour retenir au final une équipe composée de seize éléments. « Ce sont des enfants qui continuent de se découvrir, rappelle Frédéric Laferriere, président du Comité olympique et sportif de Paris. En février, ils étaient encore 45 à pouvoir prétendre participer au Mondial »

 

 

« Notre projet, c'est de porter les valeurs de l'olympisme » 


Pour ces enfants, tout est nouveau : les coéquipiers d'abord, mais aussi les terrains. « On n'a pas la chance de pouvoir évoluer sur de l'herbe à Paris. Et pour certains, le football à onze est aussi une découverte », explique Frédéric Laferriere, à l'initiative du projet. « On est avant tout là pour vivre une aventure humaine, soulignent les encadrants. On souhaite promouvoir les JO de Paris 2024.

 

 Notre projet, c'est de porter haut les couleurs et les valeurs de l'olympisme », renchérissent-ils. Au sein de l'équipe, l'ambiance générale est au beau fixe et les adolescents n'hésitent d'ailleurs pas à se chambrer gentiment. « Mais ça se passe bien entre tout le monde », glisse dans un sourire Enzo, 13 ans, l'un des milieux de terrain de cette Génération Paris 2024. Sur la pelouse du stade municipal de Combrit, les maillots blancs prennent d'ailleurs rapidement leurs marques : « Ce n'est pas compliqué de jouer ensemble. On n'a pas les mêmes repères que d'habitude, mais il faut qu'on communique bien », précise Hervé, qui rejoindra prochainement le centre de formation du Racing Club de Lens (Ligue 2). Après une défaite initiale contre le Stade Rennais - l'un des favoris de la compétition - les Franciliens se sont imposés 2 à 0 contre Saint-Brieuc, puis ont disposé des Brésiliens de l'Esporte Clube Juventude, sur le score de 1 à 0, et des Russes d'Orbita junior (2 à 0), sous les encouragements de deux mamans qui ont fait le déplacement. « Toute notre année a été rythmée par ces stages lors des vacances. Les enfants étaient impatients d'être à ce tournoi : ils ont même fait des nuits blanches, tellement ils avaient hâte ! », confie la mère d'Erwan.

 

Objectif dimanche 



Ils veulent continuer à jouer dimanche. « Au moins, vous ne pourrez pas dire qu'on ne vous a pas prévenu s'ils remportent la coupe ! », concluent d'une même voix les mamans dans un éclat de rire. Joueurs, entraîneurs et dirigeants du Comité départemental olympique et sportif (CDOS), ils croient tous en leurs chances. Même si un autre sport collectif sera mis en valeur l'année prochaine, lors d'une nouvelle opération du CDOS parisien, Frédéric Laferriere le garantit : « Si on gagne, on reviendra défendre notre titre ! ».


© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/mondial-pupilles-une-selection-pour-promouvoir-les-jo-2024-11-05-2018-11955321.php#PS8LV6u36MprRfbV.99

 

 

 

Mondial Pupilles : Le foot en fête pendant 3 jours

Le Telegramme 11/05/2018

 

La délégation belge a donné de la voix pour encourager l'équipe des Francs Borains.

La délégation belge a donné de la voix pour encourager l'équipe des Francs Borains.

 

Jeudi était donné le coup d'envoi de la 33e édition du Mondial Pupilles. Au programme de cette journée de compétition, le match opposant les Belges des Francs Borains aux Israéliens du Maccabi d'Haïfa. 

 

Le coup d'envoi des éliminatoires du Mondial Pupilles a été donné, jeudi, au stade Xavier-Trellu. Neuf équipes venant du monde entier sont accueillies à Douarnenez. 140 joueurs de la catégorie U13 vont fouler la pelouse de la Sainte-Croix pendant trois jours. Les grèves à Air-France et à la SNCF ont bousculé l'organisation. Ainsi, les Allemands de Leipzig sont arrivés seulement dans la nuit de jeudi à vendredi. Le match d'ouverture entre Concarneau et Leipzig a été remplacé par une rencontre entre les Belges de Borains et les Israéliens du Maccabi d'Haïfa. 

 

La cité Penn Sardin popularisée grâce à Thalassa


Jeudi, il est 10 h 15 et le match Borains-Haïfa vient de se terminer. Les jeunes Belges se sont inclinés sur le score de deux à zéro. Pas de quoi entamer l'enthousiasme d'Emmanuel Pavone, le coach du club des Francs Borains, près de Mons dans la province du Hainaut. Pour cet officier de police judiciaire de profession, ce déplacement en Bretagne représente une récompense pour les jeunes joueurs du plat pays, cher à Jacques Brel. « J'ai découvert Douarnenez à la télé avec l'émission Thalassa, animée par Georges Pernoud.

 

 Alors quand, j'ai su que nous serions accueillis ici, j'étais vraiment emballé », témoigne le coach wallon. Les Belges sont venus en nombre pour encourager leur équipe. Parents et bénévoles, ils sont quarante-cinq à s'être déplacés depuis la province minière du Hainaut. Les Israéliens du Maccabi d'Haïfa ont quitté Tel-Aviv mardi matin aux aurores. Eux aussi ont dû s'adapter aux retards dans les transports pour rallier Douarnenez. « Mais on ne se plaint pas, ça forge le caractère des jeunes d'affronter des difficultés », confie Leeat Hatkins, la coordinatrice du Maccabi. Entre le club professionnel d'Haïfa et les très populaires Francs Borains, c'est un peu le match des extrêmes, une de ces rencontres qui fait le charme du Mondial. Stéphane Sévellec et Christian Couic, les deux responsables du centre de Douarnenez n'ont pas chômé ces dernières semaines. Cinquante-six familles de Douarnenez et du Porzay se sont portées volontaires pour accueillir les jeunes footballeurs. Soixante-dix bénévoles sont sur le pont pendant ces trois jours. Patrick Troadec, le trésorier de la Stella est responsable de la partie restauration. Quelque 270 repas par jour, sont servis à la Sainte-Croix. La fête continue jusqu'à samedi soir au stade Xavier-Trellu. Deux équipes seront qualifiées à l'issue des éliminatoires.


© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/douarnenez/mondial-pupilles-le-foot-en-fete-pendant-trois-jours-11-05-2018-11955280.php#ihGG0decmdqTxSfr.99

Mondial Pupilles : Ho Chi Minh en pleine découverte

Ouest-France 11/05/2018

Les Vietnamiens de Ho Chi Minh ont fait de bons débuts dans le Mondial.

Les Vietnamiens de Ho Chi Minh ont fait de bons débuts dans le Mondial

 

Sous la direction d’un cadre lyonnais, les Vietnamiens de Ho Chi Minh découvrent le Mondial Pupilles et le football européen.

 

C’est l’un des centres d’attraction d’un Mondial Pupilles, qui n’en manque jamais. C’est aussi une première dans l’histoire du tournoi : la présence de la Fédération de Ho Chi Minh (ex Saigon) dans le centre de Primelin.Les jeunes Vietnamiens, arrivés lundi dans le Finistère après un voyage de 30 heures, n’ont pas été longs à prendre leurs marques. La preuve, c’est qu’ils ont remporté leurs deux premiers matches du tournoi, avant de concéder un nul face au RFC Tournai.« Ils ont dépensé beaucoup d’énergie sur les deux premières rencontres, et ils commencent à le payer », remarque le dirigeant lyonnais Julien Negri, responsable du partenariat entre le club rhodanien et la sélection vietnamienne. Un partenariat étalé sur quatre ans, et qui s’inscrit dans la continuité du jumelage entretenu entre la ville de Lyon et Ho Chi Minh. Le mieux placé pour parler du foot vietnamien, et des caractéristiques spécifiques de ses protégés, c’est donc Julien Negri. « Là-bas, le foot, c’est le sport numéro un, et il y a d’excellentes infrastructures. Les U13 que j’entraîne, sont des joueurs très dynamiques, qui ont de très bonnes reprises d’appui, des joueurs généreux qui pratiquent un football engagé. Ils sont également très respectueux, c’est dans leur culture. Peut-être manquent-ils un peu de puissance, mais ils le compensent par l’intelligence de jeu. »Les joueurs de Ho Chi Minh peuvent-ils dans ce contexte nourrir de solides ambitions ? « On n’a pas d’ambition précise, sinon celle de se frotter au football européen », précise le dirigeant lyonnais, tout en faisant passer quelques consignes à ses joueurs par le biais d’un traducteur. « L’expérience est aussi d’ordre culturel. »Et dans ce domaine, les facultés d’acclimatation de ses joueurs ne manquent pas non plus de le surprendre. « Ils s’accommodent mieux que moi encore des spécialités culinaires. Ce qui les surprend le plus, c’est peut-être la rigueur dont on fait preuve ici en dehors du terrain, par exemple le fait de devoir attacher sa ceinture de sécurité. »Le choc des cultures, c’est toujours l’une des sources de richesse de ce tournoi à nul autre pareil.


Le programme du jour. À partir de 9 heures. Suite des phases de poule dans les 10 centres respectifs.

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/mondial-pupilles-ho-chi-minh-en-pleine-decouverte-5751650

 

Mondial Pupilles : Coup d'envoi des festivités

 

Le Telegramme 10/05/2018

C'est une première pour le Mondial et pour l'équipe de ce pays de la corne de l'Afrique : seize jeunes footballeurs de Djibouti sont présents à Combrit depuis mardi. Ils sont hébergés dans des familles de la commune. (Photo Sylvie Bléas-Lhomme)


C'est une première pour le Mondial et pour l'équipe de ce pays de la corne de l'Afrique : seize jeunes footballeurs de Djibouti sont présents à Combrit depuis mardi. Ils sont hébergés dans des familles de la commune. (Photo Sylvie Bléas-Lhomme)



Plus de 1.400 footballeurs en herbe, venus d'un peu partout dans le monde, sont prêts à s'affronter pendant quatre jours, à partir de ce jeudi, dans les dix centres cornouaillais où se dérouleront les phases de poules du Mondial Pupilles.

 

Malgré les aléas liés aux grèves de la SNCF et d'Air France, la 33e édition du Mondial Pupilles commence bien ce jeudi dans les dix centres qui organisent la compétition. « Ce qui est sûr, c'est que s'il y a des retards, tout le monde est bien dans les transports ! », rassure Jean-Jacques Cariou, le secrétaire général du comité organisateur.


1.400 jeunes et près de 300 dirigeants
Au total, ce sont plus de 1.400 footballeurs et footballeuses U12 et U13 qui s'apprêtent à enfiler leurs chaussures à crampons pour au moins trois jours de compétition, et même quatre pour les meilleures équipes, qui participeront à la phase finale à Plomelin dimanche. Vers 9 h, ce jeudi, le coup d'envoi de la plupart des matchs d'ouvertures sera sifflé sur les terrains des dix centres retenus pour la compétition. Les rencontres pourront ainsi être suivies un peu partout en Cornouaille : à Combrit, Douarnenez, GPGP (Gourlizon/Plonéis/Guengat/Plogonnec), Penmarc'h, Plogastel-Saint-Germain, Plomelin, Pluguffan et Primelin pour le tournoi masculin ; à Quimper et Fouesnant pour le tournoi féminin.

Des invités de marque et des absents...
Parmi les 88 équipes présentes (72 chez les garçons, regroupées en huit poules de neuf formations, et seize chez les filles, deux poules de huit), certaines viennent de très loin. C'est le cas des petits nouveaux de ce Mondial Pupilles : les Vietnamiens d'Hô-Chi-Minh ville et les Djiboutiens de l'US Barreh CF. L'on retrouve également des formations de Belgique, d'Italie, d'Allemagne, de Suisse, d'Angleterre, du pays de Galles, des Pays-Bas, du Maroc, d'Israël, du Liban, de Russie, d'Haïti et même du Brésil.
Le Finistère et la Bretagne envoient aussi des représentants de leurs équipes phares avec le Stade Rennais, l'En Avant Guingamp, le Stade Brestois, le FC Lorient ou l'US Concarneau. Les formations de l'élite du football français ne sont pas en reste avec des invités de prestige comme l'Olympique de Marseille, l'AS Saint-Étienne et bien d'autres encore. Seul regret : l'absence des tenants du titre côté garçons. « Ça s'est super bien passé avec l'encadrement des Lyonnaises, victorieuses l'année dernière et qui nous font l'honneur de leur présence cette année encore, mais leurs homologues masculins ne voulaient pas faire le trajet jusqu'ici en car. C'est dommage », soupire Jean-Jacques Cariou, qui tient quand même à souligner les efforts réalisés par la plupart des équipes. « Strasbourg, Metz et Troyes se sont mis d'accord, par exemple, pour venir ensemble dans le même bus. C'est le cas également des féminines de Toulouse et Montpellier ! ».


« Allez Rennes ! »
S'il a le coeur qui penche habituellement du côté guingampais, cette année, le secrétaire général ne cache pas son affection pour un autre club breton aux couleurs similaires : « On n'a aucun vainqueur breton dans le palmarès chez les garçons, et le Stade Rennais s'est déjà incliné trois fois en finale. A
lors, pour une fois, je vais dire "Allez Rennes" ! ». Il faudra être présent sur les coups de 17 h, dimanche à Plomelin, pour voir si une équipe locale arrivera à soulever le trophée du tournoi masculin. La finale féminine se disputera quant à elle à 16 h, le même jour.

Pratique


Toutes les infos à retrouver sur le site internet : http://mondialplomelin.net/

© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/mondial-pupilles-coup-d-envoi-des-festivites-10-05-2018-11954315.php#bzAXU8OBfVl7seED.99

Jean-Marc Furlan, parrain : « Fier que les Bretons me sollicitent »

Ouest-France 10/05/2018

Jean-Marc Furlan, entraîneur du Stade brestois et parrain du Mondial Pupilles 2018.

Jean-Marc Furlan, entraîneur du Stade brestois et parrain du Mondial Pupilles 2018. | Yves-marie Quemener

 

Le parrain de la 33e édition du Mondial Pupilles de Plomelin n’est autre que l’entraîneur du Stade brestois, Jean-Marc Furlan.

 

Entretien avec Jean-Marc Furlan, l’entraîneur du stade brestois, qui est le parrain de cette 33e édition du Mondial Pupilles.

 

Pourquoi avoir accepté d’être le parrain du Mondial cette année ?
D’abord parce que ça me touche. Je suis arrivé il y a vingt mois à Brest : que les Bretons me sollicitent, oui c’est une fierté. S’ils me demandent ça, c’est que je le mérite. Je suis un des seuls entraîneurs en France à avoir commencé comme éducateur. À Libourne, d’où je viens, j’entraînais les U9 à U11. Les tournois, je connais !


Quelle est l’importance du Mondial Pupilles à vos yeux ?
C’est incroyable ! J’ai beaucoup voyagé en France : j’ai été entraîneur en Alsace, j’ai joué à Lens, j’ai fait Bastia, Tours, tout l’hexagone et il n’y a bien qu’ici, en Bretagne, où il y a cette capacité à organiser un tournoi de grande envergure comme celui-là. Vous ne trouverez ça dans aucune autre région.

 


Des enfants viennent du monde entier. Le foot se développe à l’international ?
Le foot n’a jamais été aussi populaire. Il se développe en Chine, en Thaïlande, au Vietnam. Aux États-Unis, le soccer est de plus en plus populaire. C’est logique, l’essence de notre sport, c’est la mondialisation. On aime se mélanger avec les autres cultures des autres pays. Quand tu joues au foot, tu te comprends en 10-15 minutes, tu as un but commun à défendre. C’est magique, quoi !


Récemment, vous disiez ne connaître du Finistère que Brest. Plomelin c’est une première ?
Je m’impose, ainsi qu’au staff et aux joueurs, un volume de travail très important. Honnêtement, ma voiture ne connaît qu’une seule route, entre Guilers où j’habite et Kerlaurent (le centre d’entraînement du stade brestois, NDLR). Je suis allé 2, 3 fois à la pointe Saint-Mathieu. Donc Plomelin c’est une première oui. Je serai là le dimanche, c’est sûr.

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/mondial-pupilles-jean-marc-furlan-parrain-fier-que-les-bretons-me-sollicitent-5747663 

 

Mondial Pupilles : Trois jours de partage

Le Telegramme 08/05/2018

 

L'ambiance devrait être au rendez-vous à Bréhoulou. (Photo d'archives)
L'ambiance devrait être au rendez-vous à Bréhoulou. (Photo d'archives)

Jeudi, le club de foot et la ville accueilleront pour la 5e année consécutive le Mondial Pupilles féminin au stade de Bréhoulou. Jusqu'à samedi, neuf équipes tenteront d'obtenir leur qualification pour la grande finale de dimanche à Plomelin. 

 

À l'occasion de cette édition 2018 du Mondial Pupilles féminin, Fouesnant sera l'hôte des Russes du Sokol Moscou, des Marocaines du Club Atlas Khenifra, mais aussi des équipes de Montpellier, de Toulouse ou encore du FC Nantes. Isabelle Jourdain et Johann Le Quilliec, les coprésidents de l'USF, ont une nouvelle fois misé sur la gratuité pour attirer les spectateurs. Mais ils savent qu'ils peuvent s'appuyer aussi sur des infrastructures de qualité et des bénévoles dévoués. Nonobstant les familles d'accueil, sans lesquelles cette compétition ne saurait être. Car organiser un tel tournoi, c'est bien sûr offrir des conditions de jeu idéales aux jeunes footballeuses. Mais également un cadre de vie à la hauteur de l'événement. Il faut ainsi accueillir près de 200 personnes sur trois jours. Les dirigeants fouesnantais peuvent, pour cela, compter sur des supporters et des parents fidèles qui les suivent dans l'aventure. Au-delà de l'hébergement, l'USF mobilise 50 à 60 personnes au quotidien pour organiser le tournoi. Certaines sont affectées au service des repas de la cantine municipale, d'autres à l'organisation des rencontres, à la gestion informatique ou à la logistique. Les équipes arriveront par bus mercredi. Elles seront accueillies par Isabelle Jourdain, fraîchement élue Bénévole du mois d'avril par le District 29S. Avec pour récompense, une place dans les tribunes du Stade de France pour la finale PSG-Les Herbiers, ce mardi soir. 
 

Le tournoi débutera jeudi, à 9 h 30, par la rencontre Ligue de Normandie- FC Nantes.


© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/fouesnant/mondial-pupilles-trois-jours-de-partage-08-05-2018-11952155.php#Zcwkq80Tv2xI3c38.99

 

CONSEIL-GENERAL
        Harmonie Mutuelle           ca-Finistere-v-sign dessous-rvb      logoPlomelin MPP-ARMOR-LUX

    MPP-REGION-BRETAGNE

MPP-LE-TELEGRAMME     CAFE-COIC           logo-district-29     MPP-OUEST-FRANCE 

 

    Logo-FBBreizh-Izel
      leclerc          MPP-KEOLIS   logo-salaun-holidays Reseau-le-saint

 

quimper-bretagne-occidentale

MPP-CCI-CORNOUAILLE  Groupama Loi-Bretagne LOGO LOXAM logo-campanile