Presse
  • Register

Mondial Pupilles. Les jeunes footballeurs du monde entier se retrouvent dans le Finistère

Ouest-France 07/05/2018

 

« Le foot, la fête, l’enfant », le slogan du Mondial Pupilles.

La 33e édition du Mondial Pupilles commence jeudi 10 mai, dans 10 communes du sud du Finistère. Le tournoi pour les jeunes de 13 ans rassemble autour du ballon rond des équipes locales, nationales et mondiales.

 

Le Mondial Pupilles de Plomelin (Finistère) approche. Dans quelques jours, des équipes du monde entier vont s’affronter au cours d’un tournoi de quatre jours, avant de se retrouver, dimanche 13 mai, à Plomelin pour la grande finale. Chaque année, le Mondial Pupilles mobilise une grande équipe de bénévoles mais aussi de nombreuses familles qui accueillent les enfants venus de l’autre bout de la France ou du monde.

 

Vietnam et Djibouti

Parce que certains viennent de loin. Dont les deux petites nouvelles de cette édition 2018 : une équipe venue de Djibouti et une autre de Ho Chi Minh ville, au Vietnam. Les jeunes footeux de la Kia Academy de Téhéran (Iran) seront là pour leur deuxième année. Il y aura aussi des petits Russes, des Brésiliens, des Belges et des Italiens, des Libanais, des Biélorusses. Face à ces équipes, les footballeurs d’ici et de toute la France, dont ceux des clubs de ligue 1 comme l’Olympique lyonnais ou du FC Nantes.


« On a dû annuler tous nos trains »

Ces jeunes arrivent d’habitude par le train. Il n’a pas été évident d’organiser les voyages avec la grève de la SNCF. « On a décidé d’annuler tous nos trains, explique Alain Bosser, le président du Mondial. On a loué des bus. Ce fut un véritable casse-tête ! » Certains clubs ont décidé de venir en train malgré tout. « À leurs risques et périls… »


Foot freestyle

Au-delà des matchs, le Mondial Pupilles comptera cette année deux temps forts. Un spectacle de foot freestyle, qui aura lieu lors de la finale le dimanche. Et un musée mobile du foot féminin, installé à partir de vendredi à Plomelin avec trophées et souvenirs de joueuses de l’équipe de France. L’occasion d’échanger avec des anciennes championnes internationales.
Enfin, à propos de stars, le parrain de cette édition, qui sera présent lors de la finale, n’est autre que Jean-Marc Furlan, l’entraîneur du stade brestois.
Mondial Pupilles, du 10 au 13 mai. Les matchs de poule auront lieu du jeudi au samedi, dans les centres de Combrit, Douarnenez, Plogonnec, Penmarc’h, Plogastel, Plomelin, Pluguffan, Primelin, Quimper et Fouesnant.

Les finales auront lieu le dimanche à Plomelin.

Infos : http://mondialplomelin.net.

 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/mondial-pupilles-les-jeunes-footballeurs-du-monde-entier-se-retrouvent-dans-le-finistere-5740499 

Mondial Pupilles : Comment recrute-il ?

 Le Telegramme 06/05/2018

 

Le livre des 30 ans du Mondial Pupilles sera notamment vendu dans les stades du tournoi 2018.La 33e édition du Mondial Pupilles, programmée du 10 au 13 mai, approche à grands pas, à Plomelin et dans neuf autres centres en Cornouaille. Mais au fait, comment les organisateurs recrutent-ils les équipes ? Il y a les invitations envoyées aux clubs, l'examen de candidatures spontanées, mais il existe aussi « des voies moins banales », relate Renée Le Gall, l'auteur de « Mondial Pupilles Le Foot, la fête et l'enfant » (Le Télégramme du 4 mai). Elle en cite quelques exemples à la page 50 de cet ouvrage tout juste édité (10 €). « Dans L'Équipe Magazine, un reportage sur le sport à Sarajevo pendant le siège (1992-1996) cite un homme qui continue d'entraîner son équipe dans les sous-sols. Yves Appéry, alors secrétaire du Mondial Pupilles, ne peut rester indifférent à cette histoire, rapporte Renée Le Gall. Il fait partir un courrier qui, par un concours de bonnes volontés, atteint son destinataire. Et Bosna Sarajevo joue à Primelin en 1997 ». Les concours de circonstances se révèlent parfois plus simples. Un élu cornouaillais rencontre un élu belge et voilà Estaimbourg sur la pelouse de Douarnenez en 1991. Un enseignant d'origine sénégalaise en vacances rend visite au maire de Plomelin et voilà Rufisque inscrit au tournoi international en 2005. Sans oublier ce randonneur basque habitué, raconte Renée Le Gall, à parcourir les sentiers du Cap-Sizun. Un échange avec le responsable du centre local du Mondial suffit à provoquer la venue d'Hasparren en 2017...

 

« Cagnotte sur le zinc »
L'auteure signale, par ailleurs, que la diaspora bretonne peut jouer un rôle dans la composition du tableau. « À Caluire, Yvon Morvan, patron du bar Le Triskell, ouvre une cagnotte sur le zinc pour faire voyager les pupilles du club. Ce financement participatif avant l'heure porte ses fruits », rapporte-t-elle. Caluire participe en 1998. Les jumelages jouent leur rôle également et il arrive aussi que des associations jouent les intermédiaires. C'est le cas de Métissage pour la venue de Couleur du monde-Yaoundé ou Enfants du monde-Droits de l'Homme pour celle d'un club de Bagdad, tandis que la communauté turque quimpéroise contribue à tenter le Besiktas Istanbul. Renée Le Gall évoque enfin « des projets socio-éducatifs dépassant le cadre du Mondial, qui ont permis, à plusieurs reprises, d'accueillir des gamins d'horizons divers ». Parfois, insiste-t-elle, le coup de coeur prime sur l'intérêt sportif : « C'est une marque de fabrique du tournoi ».
© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/mondial-pupilles-comment-recrute-t-il-06-05-2018-11950208.php#dPWOVCTWJYveMUJZ.99

 

 

 

Mondial Pupilles : un beau livre "fidèle à l'esprit du tournoi"

Le Telegramme 04/05/2018 

Renée Le Gall, jeudi, sur le terrain de Pluguffan : « Le livre a été édité à 2.500 exemplaires, dont 500 retenus par le conseil départemental. Il sera notamment vendu dans les centres pendant le tournoi 2018 ».

Renée Le Gall, jeudi, sur le terrain de Pluguffan : « Le livre a été édité à 2.500 exemplaires, dont 500 retenus par le conseil départemental. Il sera notamment vendu dans les centres pendant le tournoi 2018 ».

À quelques jours de la 33e édition du tournoi de foot international de Plomelin (du 10 au 13 mai), Renée Le Gall signe un beau livre. Il s'intitule « Mondial Pupilles. Le foot, la fête et l'enfant ». Les coulisses d'une aventure humaine... 

 

Qu'aviez-vous en tête au début de ce projet de livre ?
Je suis une ancienne secrétaire de l'US Pluguffan, au début des années 1980. À ma retraite professionnelle en 2015, je me suis mise à travailler sur l'histoire du centre de Pluguffan. Je faisais des recherches quand Alain Bosser, le président du Mondial Pupilles, m'a proposé, au printemps 2016, d'élargir le prisme et de travailler sur un livre. J'ai rencontré une centaine de témoins, dont les fondateurs René Tanniou et Hervé Plouzennec (etc.), avec l'idée de raconter les origines, les coulisses de ces trente ans d'histoire du Mondial. C'est vu du point de vue de ceux qui s'investissent pour que ce soit la fête pour les gamins. Parce que c'est ça qui compte au bout du bout ! 

Qu'en dit-on en coulisses ? 
Il y a le sentiment d'avoir fait quelque chose ensemble. Ce n'était pas évident de faire travailler, dans la durée, huit centres et, plus récemment, deux nouveaux pour les filles. 

Pourquoi la sauce a-t-elle pris ?
Peut-être parce que ça a débordé le cadre du foot, qui n'est qu'un prétexte au fond. C'est un sport universel, assez basique, qui permet à des petits Bretons, Français et étrangers de s'entendre sans parler la même langue. On est sur tous les continents. Ce qui prime, c'est la rencontre, le brassage. Certains viennent avec l'ambition de gagner, d'autres de participer. Il y a du haut niveau et l'occasion pour les plus modestes de se confronter à des futures vedettes, comme Thierry Henry, Dimitri Payet ou Petr Cech... Et côté bénévolat, ça déborde le cadre des clubs parties prenantes : des quartiers, des associations se mobilisent, des gens d'ici se sont rencontrés grâce au Mondial. C'est une histoire de solidarité autour de l'accueil. 

Que retenez-vous de cette collecte de souvenirs ?

 
La sincérité des témoignages. C'est une sacrée aventure humaine ! Très peu imaginaient que ça durerait trente ans. Ça m'a permis de vérifier qu'il fallait être un peu fou pour lancer ça et costaud pour faire tenir en fédérant des gens, car c'était fragile au départ. La deuxième édition n'était pas gagnée. 

Un peu fou ? 
René Tanniou faisait partie d'un groupe de parents de Plomelin dont les enfants jouaient des tournois. Ils sont allés à Clisson en 1985, l'équivalent du tournoi international minimes de Montaigu pour les pupilles, autrement dit l'âge de l'école de foot, un phénomène alors récent dans les clubs. Plomelin s'est retrouvé dans un groupe avec l'Ajax Amsterdam, avec un petit Cruyff dans l'équipe. Son père Johan était là aussi. Une photo en atteste dans le livre. L'idée est venue de là. Au départ, le district de football était réservé face à l'ampleur de la tâche, mais il a laissé faire, sans s'impliquer. 

Contente de ce livre ? 
Oui. Je crois qu'il ressemble au Mondial. Il est fidèle à cette volonté de semer l'amitié, la fraternité, la tolérance, le respect... des mots clés dans l'esprit des présidents successifs. Ce tournoi ne résout pas les problèmes du monde. Mais, de cette parenthèse de quatre jours de tournoi, il reste des choses, sûrement ! Tenez, à Primelin, en 2001, un match entre une équipe israélienne et une autre algérienne est sorti du tirage au sort. Il n'y avait pas de relations diplomatiques entre les deux pays. Jusqu'au dernier moment, on ne savait pas si le match allait pouvoir se jouer. Les gamins sont rentrés main dans la main sur le terrain. Il n'y a pas de photo de ce moment extraordinaire, mais personne ne l'a oublié. Ça m'émeut de voir comment ça a marqué les gens qui l'ont vécu. 


  1. « Mondial Pupilles. Le foot, la fête et l'enfant », Renée Le Gall, 95 pages.


© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/mondial-pupilles-un-beau-livre-fidele-a-l-esprit-du-tournoi-04-05-2018-11948330.php#1ftwgCJVCBFmyH26.99

Mondial Pupilles : un plateau relevé

 

Vendredi soir s'est déroulé le tirage au sort des groupes de la 33e édition du Mondial Pupilles (lire aussi en pages sports). Quatre-vingt-dix équipes, soit 1.400 joueurs, se disputeront le trophée, du 10 au 13 mai. Près de 30 clubs étrangers chausseront les crampons. 



Des chiffres hors normes 
Le Mondial Pupilles de football, c'est le grand événement de ce type en Bretagne. Les chiffres donnent le vertige. Cette 33e édition va rassembler 90 équipes U13, soit 1.400 enfants accompagnés par 400 adultes. 850 familles d'accueil seront mobilisées pendant quatre jours. Mille bénévoles seront sur le pont. Le comité organisateur va assurer la restauration du déjeuner, soit la bagatelle de 7.000 repas sur la durée du tournoi. Le Mondial Pupilles attire chaque année plus de 20.000 spectateurs. 

Les dix centres retenus 
Le Mondial Pupilles fonctionne comme une coupe du Monde, avec des terrains satellites. Les dix centres où se dérouleront les trois premiers jours de la compétition sont les suivants : Combrit, Douarnenez, GPGP (Gourlizon/Plonéis/Guengat/Plogonnec), Penmarc'h, Plogastel-Saint-Germain, Plomelin, Pluguffan et Primelin pour le tournoi masculin ; Quimper et Fouesnant pour le tournoi féminin. Les deux premiers de chaque poule seront qualifiés pour les phases finales, programmées le dimanche 13 mai à Plomelin. À noter : le parrain de cette édition sera Jean-Marc Furlan, l'entraîneur du Stade Brestois. 

Des clubs prestigieux 

 

Le Mondial Pupilles a vu défiler de nombreuses futures stars. Parmi elles, Thierry Henry, Dimitri Payet, Petr Cech ou encore Yohan Gourcuff. Chaque année, des équipes de classe mondiale foulent les pelouses cornouaillaises. De nombreux superviseurs sont à l'affût. Pour cette édition, il faudra compter avec quinze équipes professionnelles françaises, c'est-à-dire le gratin de la Ligue 1, dont le tenant du titre, l'Olympique Lyonnais, mais aussi Marseille, Saint-Étienne, le Stade Rennais ou encore Guingamp. À cela s'ajoutent des équipes de niveau régional comme l'AS Vitré, l'US Concarneau ou une délégation parisienne de Comité départemental olympique et sportif (CDOS). Enfin, il ne faut pas oublier la participation des équipes des centres. 

29 équipes étrangères 
Le président Alain Bosser n'est pas peu fier d'annoncer des équipes en provenance des cinq continents. Citons le Vietnam, le Brésil, la Russie, l'Iran, Israël, Djibouti, le Liban ou encore Haïti. « Nous sommes connus et reconnus dans le monde entier. Notre réputation nous permet d'attirer les plus grands clubs comme le RB Leipzig, actuellement deuxième de Bundesliga ». 

Dix-huit équipes féminines 
C'est la sixième édition du tournoi féminin. Le plateau va rassembler 18 équipes, dont trois clubs de pays étrangers : Maroc, Russie et Biélorussie. Les tenantes du titre, à savoir l'Olympique Lyonnais, seront bien présentes, avec six autres équipes professionnelles. Une équipe représentera les couleurs locales : Quimper Kerfeunteun FC. 

PSG : le point noir 
Une nouvelle fois, le Paris-Saint-Germain ne viendra pas à Plomelin. « Le club exige des conditions d'hébergement qui vont au-delà de notre cahier des charges pour un club français », explique Alain Bosser. Personne n'a cédé. Le président explique avoir eu une belle prise de bec avec les dirigeants du club de la capitale. « Ils nous snobent. Tant pis, on fera sans ».


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/quimper/mondial-pupilles-un-plateau-releve-17-02-2018-11855961.php#ydRKhxGKflezOKeq.99

Une 33e édition du Mondial Pupilles très attendue

Les joueurs de l'Olympique lyonnais, filles et garçons, grands gagnants en 2017.

 

Ouest-France : https://www.ouest-france.fr/bretagne/plomelin-29700/une-33e-edition-du-mondial-pupille-tres-attendue-5559679 

Traditionnellement, le Tournoi international a lieu lors du pont de l'Ascension. Cette année, les moins de 13 ans seront à l'honneur du 10 au 13 mai.

Vendredi 16 février, le tirage au sort des équipes aura lieu au complexe sportif de Croas-Vert, à Combrit, dès 18 h 30, et sera animé par Stéphane Rogard, entraîneur de l'AS Plomelin, sous les regards attentifs des joueurs, dirigeants et personnalités et du public présents.

Les différents plateaux

Côté garçons, quatre plateaux s'affronteront sur le terrain. 26 équipes étrangères, dont l'équipe de Djibouti, et la Fédération de Ho Chi Min (Vietnam), présentes pour la première fois, ou encore Israël, Maroc; trois équipes du Brésil, Allemagne, Biélorussie; 15 équipes professionnelles françaises, dont AS Saint-Etienne, Guingamp, Nantes, Caen, Angers; 22 équipes de Région, avec la participation de Quimper, de la Martinique, Rennes et, exceptionnellement, le CDOS sélection olympique Paris 2 024; et enfin huit équipes de centre en soulignant que l'AS Plomelin est la seule équipe à présenter ses propres joueurs dans cette sélection. Joueront en sélection Combrit, Penmarch, Pluguffan, Plogastel.

Chez les filles, on retrouve aussi quatre plateaux, avec trois équipes étrangères Biélorussie, Maroc et Russie, sept équipes traditionnelles françaises, Lorient, Montpellier, Lille, sept équipes de Région, foot féminin academy 77, la ligue normande, Plouzané et une seule équipe des centres, représentée par Quimper Kerfeunteun FC.

Une organisation gigantesque

L'organisation est bien rodée, grâce à un comité directeur de 20 personnes. Environ 1 400 joueurs, encadrés par près de 300 dirigeants, sont attendus sur les différents sites qui accueilleront les matches: Plomelin bien sûr, mais aussi Combrit, Pluguffan, Penmarc'h, Plogastel et bien d'autres. 900 familles d'accueil recevront les jeunes sportifs et leurs coaches. Une équipe de plus de 1 000 bénévoles sera présente pour assurer la logistique, la sécurité, les conditions idéales pour accueillir 20 000 spectateurs qui sont attendus durant ces quatre jours de fête sportive.

À noter que les matchs de finale, 1/4, 1/2 et finale auront lieu à Plomelin le dimanche 13 mai.

Mondial Pupilles. C'est reparti !

Mondial Pupilles. C'est reparti !

 Publié le 09 février 2018 

 

Doublé de l'Olympique lyonnais qui l'a emporté aussi bien chez les filles que chez les garçons en 2017.
Doublé de l'Olympique lyonnais qui l'a emporté aussi bien chez les filles que chez les garçons en 2017.
 
L'édition 2018 du Mondial Pupilles de Plomelin se déroulera du 10 au 13 mai. Il s'agit d'un tournoi international de football U13 qui se déroule sur quatre jours, du jeudi de l'Ascension au dimanche. Le tournoi, qui se veut être avant tout une fête, accueillera 1.400 joueurs et 270 dirigeants venus parfois de très loin. Chez les garçons, les organisateurs annoncent la présence de 26 équipes étrangères (dont certaines très prestigieuses), 15 équipes professionnelles françaises (dont Lyon et Marseille), 22 équipes régionales, ainsi que les équipes des centres. Chez les filles, 3 équipes étrangères, 7 équipes professionnelles, 7 équipes régionales et l'équipe de Quimper Kerfeunteun sont attendues. 

Tirage au sort vendredi 


Outre le centre organisateur de Plomelin, neuf autres centres accueilleront les joueurs et les joueuses : Combrit, Douarnenez, GPGP (Gourlizon, Plonéis, Guengat et Plogonnec), Penmarch, Plogastel-Saint-Germain, Plomelin, Pluguffan et Primelin pour le tournoi masculin ; Quimper et Fouesnant pour le tournoi féminin.
 
 Le comité organisateur présidé par Alain Bosser s'active depuis plusieurs semaines pour faire de cette 33e édition un vrai succès. Prochaine étape désormais : le tirage au sort. Conduit par Stéphane Rogard, il aura lieu le vendredi 16 février, à 18 h 30 à Combrit. Un moment toujours très attendu par les responsables des centres et qui réserve toujours de belles surprises. Il permettra de répartir les équipes dans les dix centres organisateurs. 

Petit retour en arrière 


L'histoire débute en 1985. En déplacement avec son équipe de pupilles au tournoi international de Clisson, Pupilles plus, l'AS Plomelin rencontre l'Ajax Amsterdam pour son premier match ; c'est le début d'une aventure humaine extraordinaire puisque les dirigeants de l'époque décident à leur retour de créer le Mondial Pupilles de Plomelin en se référant à l'organisation du tournoi de Clisson. Un an plus tard, la 1r e édition est organisée. Au total, 32 équipes y participent et Georges Boulogne, sélectionneur de l'Équipe de France, est désigné parrain. Depuis, l'aventure continue et la notoriété du Mondial ne fait que s'accroître.


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/plomelin/mondial-pupilles-c-est-reparti-09-02-2018-11845678.php#Sfi7Wxx8sTeTexzL.99

 

CONSEIL-GENERAL
        Harmonie Mutuelle           ca-Finistere-v-sign dessous-rvb      logoPlomelin MPP-ARMOR-LUX

    MPP-REGION-BRETAGNE

MPP-LE-TELEGRAMME     CAFE-COIC           logo-district-29     MPP-OUEST-FRANCE 

 

    Logo-FBBreizh-Izel
      leclerc          MPP-KEOLIS   Logo-GROUPE-BIGARD Reseau-le-saint

 

quimper-bretagne-occidentale

MPP-CCI-CORNOUAILLE  Groupama Loi-Bretagne LOGO LOXAM logo-campanile  
                      logo-volkswagen-honore